L’ACUPUNCTURE ET LA PÉRINATALITÉ, par Chantelle Vignola-Clermont, Ac.

* Article rédigé pour PasSages, journal des étudiantEs sages-femmes du Québec, Vol. 1, mars 2015

De plus en plus de sages-femmes ont accès à des formations en acupuncture obstétricale : en Nouvelle-Zélande, en Europe, dans les pays scandinaves ainsi qu’au Canada, en Colombie-Britannique. Ces sages-femmes constatent qu’en intégrant l’acupuncture à leur pratique, elles évitent plus souvent le recours à d’autres types d’interventions ou à la médication (incluant les inductions). Plusieurs pratiques ont été transformées depuis, comme en témoignent les auteures, acupuncteures et sages-femmes Zita West et Raven Lang. L’acupuncture peut faire toute la différence et permettre aux femmes de vivre une grossesse et un accouchement plus physiologiques, donc une expérience très souvent positive. Les femmes enceintes apprécient généralement l’approche acupuncturale, qui est d’abord préventive et qui prépare le corps, soulage les inconforts et calme le système nerveux durant cette période de constantes adaptations, et ce, sans aucun effet secondaire.

Les acupuncteurs du Québec peuvent suivre une formation exceptionnelle en acupuncture obstétricale, donnée par Jean Lévesque à l’Hôpital Lasalle à Montréal. Ils deviennent ainsi des professionnels dûment formés, ce qui leur permet de traiter efficacement diverses conditions durant la grossesse, l’accouchement et la période post-partum. La formation leur permet également de développer de solides connaissances pour s’assurer d’avoir une pratique sécuritaire (bonne connaissance des contre-indications, de l’anatomie, des limites de la profession, des indications de référence à la sage-femme, etc.).

L’ACUPUNCTURE TOUT AU LONG DE LA GROSSESSE

Suivi préventif: Un traitement par mois est recommandé.

Si condition précise (consulter le plus tôt possible), 3-4 traitements en moyenne sont nécessaires.

• Hypertension

• Prévention de certains types de fausses couches et de menace de travail préterme (MTPT)

• Problèmes digestifs (nausées, reflux, brûlements d’estomac)

• Problèmes d’élimination

• Infections urinaires/vaginales

• Problèmes musculo-squelettiques (tunnel carpien, douleurs lombaires, sciatiques ou pelviennes, etc.)

• Fatigue

• Anémie

• Insomnie

• Tensions émotives

• Prurit

• Sinusite

• Certains types de retard de croissance intra-utérin (RCIU)

• Épistaxis (saignements de nez)

• Troubles de la circulation (hémorroïdes, varices, oedème, etc.)

• Oligohydramnios

• Etc.

Les femmes gagnent à consulter dès l’apparition des symptômes plutôt que d’attendre qu’ils soient insupportables. Ainsi, les traitements permettent d’éviter que certaines grossesses ne deviennent « à risque ». De cette façon, ces femmes peuvent conserver leur suivi sage-femme et le parcours qu’elles ont choisi. Elles sont encouragées à informer leur sage-femme qu’elles consultent en acupuncture et des raisons du suivi. La communication entre la sage-femme et l’acupuncteur-e assure non seulement une complémentarité et une cohérence dans le traitement, mais elle permet aussi de prévenir et de dépister certaines conditions, de connaître les plans de traitement, les possibilités et les limites, ainsi que d’avoir des retours sur les résultats des traitements, afin de s’ajuster au besoin.

L’ACUPUNCTURE POUR FAVORISER LA VERSION FOETALE

Un à deux traitements hebdomadaires à partir de la 30e semaine, ou dès que possible.

IMG_5096

• Stimulation de la version foetale

• Augmentation de la production de liquide amniotique

• Détente du système nerveux

Si une version par manoeuvres externes (VME) est prévue : un traitement 24-48h avant l’intervention est recommandé afin de favoriser la production de liquide amniotique et d’augmenter les chances de réussite.

Si la femme soupçonne le bébé de s’être tourné suite au traitement d’acupuncture, la position céphalique est à confirmer par la sage-femme.

L’ACUPUNCTURE POUR PRÉPARER L’ACCOUCHEMENT

Un traitement hebdomadaire à partir de la 37e semaine est recommandé.

IMG_5093

• Prévention du dépassement de terme

• Favorisation de l’effacement, de la dilatation et de l’assouplissement du col

• Préparation du périnée

• Stimulation de la contractilité utérine

• Favorisation de la descente

• Favorisation du positionnement optimal du bébé

• Détente/Relaxation

• Tonification du système

• Etc.

Si induction médicale imminente : traitement 2-3 jours avant l’intervention, afin de favoriser une bonne réponse et un travail efficace, avec le moins de médication possible.

Si un toucher vaginal est effectué par la sage-femme, les informations recueillies sont d’un grand intérêt pour l’acupuncteur-e (bien qu’il-elle puisse tout de même travailler sans ces informations).

L’ACUPUNCTURE AU MOMENT DE L’ACCOUCHEMENT

L’acupuncteur-e peut assurer une présence tout au long de l’accouchement, si une entente préalable a été prise avec la femme. Certains-nes acupuncteurs-es acceptent aussi de se déplacer sur disponibilité, de façon ponctuelle et au besoin, au moment même de l’accouchement.

• Réduction du temps de travail

• Stimulation de la descente foetale

• Réduction du nombre d’interventions nécessaires et des risques associés

• Soulagement de la douleur

• Favorisation de la présentation optimale du bébé

• Stimulation d’un travail efficace

• Favorisation de la dilatation et de l’effacement du col

• Réduction de l’oedème du col et du périnée

• Réduction des risques de déchirures

• Réduction de la résistance du plancher pelvien

• Régularisation du coeur foetal

• Détente du système nerveux

• Tonification de l’énergie

• Favorisation de la délivrance placentaire

• Diminution des risques d’hémorragie

• Etc.

Plus les traitements sont entrepris tôt lors de l’accouchement, meilleure sera la réponse. Bien qu’un certain soulagement de la douleur soit appréciable, ce suivi vise d’abord à accompagner les différentes phases du travail, à en raccourcir la durée et à diminuer les risques de transfert des soins vers le médecin. La communication des besoins, attentes et intentions de chacun est cruciale. Informer l’acupuncteur-e des observations recueillies lors des touchers vaginaux.

L’ACUPRESSION

L’acupression peut être une option intéressante pour les sages-femmes ou pour toute personne accompagnant la femme en travail. Cette technique permet d’agir avec efficacité sur certaines conditions. Plus les points sont stimulés tôt, dès le début du travail et en respect du senti de la femme, meilleure sera la réponse. Voici un lien (cliquer!) vers un document d’intérêt, conçu par l’acupunteure Debra Betts, qui enseigne aussi l’acupuncture aux sages-femmes de la Nouvelle-Zélande, expliquant les bases de l’acupression durant le travail

L’ACUPUNCTURE ET LA PÉRIODE POST-PARTUM

Si une condition précise est présente, consulter le plus tôt possible. 3-4 traitements en moyenne sont nécessaires.

• Soulagement des tranchées utérines

• Traitement de la dépression post-partum

• Réduction du temps de récupération

•Traitement des problèmes d’allaitement

• Diminution des saignements persistants

• Soulagement des douleurs

• Tonification de l’énergie et du système immunitaire

• Détente du système nerveux

Beaucoup de sages-femmes québécoises, gardiennes de l’accouchement physiologique, réfèrent en acupuncture pendant la grossesse. La place qu’on lui offre en périnatalité grandit peu à peu, laissant entrevoir les nombreux avantages de la complémentarité interprofessionnelle. Car si l’acupuncture constitue parfois une excellente alternative à des traitements plus invasifs, elle peut être aussi une véritable extension des soins périnataux offerts aux femmes. C’est pourquoi la collaboration entre professionnels de la santé au sein de l’équipe est plus que jamais essentielle afin d’assurer des soins de qualité, plus efficaces et sécuritaires. Il n’en tient qu’à nous, acupuncteurs et sages-femmes, de mettre les efforts nécessaires pour que ces liens se tissent encore plus !

Chantelle Vignola-Clermont, Acupuncteure

2 réflexions au sujet de “L’ACUPUNCTURE ET LA PÉRINATALITÉ, par Chantelle Vignola-Clermont, Ac.”

    1. Bonjour!

      Si j’ai bien compris votre question, vous voulez mon avis sur l’effet placebo? Malheureusement, je n’en suis vraiment pas spécialiste. :/

      Toutefois, je pense qu’il s’agit d’un très puissant mécanisme qui mériterait justement qu’on s’y penche davantage. Il comporte bien sûr ses limites, mais souligne entre autre l’importance de la qualité de la relation thérapeutique, qui est très souvent délaissée dans nos sociétés.

      C’est un sujet de recherche très vaste et intéressant! Je lirai avec intérêt vos prochaines publications. 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s