Bien vivre le printemps avec la médecine chinoise, par Chantelle Vignola-Clermont, Ac.

Depuis déjà quelques semaines, sans que nous n’en ayons pris conscience, la nature (toute chose vivante, l’être humain compris !) se réveille tranquillement, se préparant déjà à l’arrivée du printemps. Notre organisme profite donc de ce temps d’adaptation pour intégrer les changements qui s’opèrent et nous permettront de passer de l’hiver au printemps. Selon la médecine chinoise, et comme le veut la philosophie taoïste, nous sommes à l’image de ce qui nous entoure. Il est bénéfique de tout mettre en place afin de profiter pleinement de cette nouvelle saison. Pour ce faire, il nous faudra porter une attention particulière à la santé de notre Foie.

 

Selon la symbolique des cinq éléments, l’Eau (hiver) nourrit le Bois (printemps) qui nourrira à son tour le Feu (été). Sans cet engendrement, les saisons n’existeraient pas puisqu’il n’y aurait ni transformation, ni mouvement.

 

Le printemps, saison Yang

Contrairement à l’hiver où le Yin domine et où le recueillement et la conservation d’énergie sont de mise, le mouvement du printemps en est un d’expansion. La nature se délie alors dans un rythme accéléré et il nous est facile de ressentir cette effervescence, même dans le béton des villes. En médecine chinoise, chaque saison est en lien avec un organe particulier. Le propre de l’énergie du Foie, organe du printemps, est de s’extérioriser et monter, à l’image de la verdure qui foisonne elle aussi de la même façon.

La dynamique des saisons se traduit souvent par une variation dans notre capacité d’adaptation. Par exemple, pour quelqu’un ayant une énergie du Foie bien équilibrée, il sera aisé de profiter du printemps et de se fondre dans cette nouvelle énergie qui se déploie. On pourra alors ressentir une forte vitalité, un désir de création, de changements et une envie de nouer des liens (saison des amours !). Cependant, quelqu’un qui a un Foie moins équilibré pourra à ce moment ressentir quelques désagréments : indécision, douleurs menstruelles accrues, constipation, soupirs constants, dépression, raideurs musculaires, anxiété, insomnie, problèmes digestifs, colère, irritabilité, etc. Pour cette raison, il est important de favoriser la prévention en adoptant de saines habitudes de vie, qui feront toute la différence.

Le Foie, organe des émotions

La fonction principale du Foie est d’assurer la libre-circulation de l’énergie (fluides, émotions, sang, etc.) dans le corps. Cette circulation sans entrave est importante pour que l’organisme puisse à la fois se débarrasser aisément de ses déchets et toxines mais aussi pour maintenir un rythme fluide dans toutes transformations ou réactions (en évitant ainsi l’« heure de pointe » et les désagréments qui s’en suivent !). La frustration, le ressentiment et le stress sont des émotions prenantes et sournoises qui ont un puissant impact sur le Foie. C’est bien connu, le nombre de patients qui consultent pour des symptômes reliés de près ou de loin au stress est assez élevé. Notre mode de vie demande beaucoup de ressources à cet organe de première importance.

Quand la fonction de libre-circulation est entravée pour une raison ou pour une autre, l’énergie s’accumule et stagne dans le Foie. Il en résultera certains blocages qui tôt ou tard se manifesteront. Par exemple, prenons une frustration qui perdure et que l’on réprime. Cet état prolongé risque éventuellement de se transformer en colère, qui se manifestera le plus souvent par une montée d’énergie suivant le mouvement propre du Foie qui est l’expansion. Cette réaction est en quelque sorte un réflexe pour faire bouger les choses et se « déstagner », bien que temporairement, comme une soupape. La personne aura soudainement chaud, son visage rougira et elle « explosera » sans doute. Effectivement, un Foie « surpressé » par un état de tensions internes ou d’anxiétés permanentes nous transformera par à-coups en cocotte-minute. Lorsque nous nous laissons envahir par une émotion ou, pire encore, que nous la réprimons, le Foie est le premier à écoper, mais rapidement tout l’organisme s’en ressentira.

Les contraintes font partie de la vie, et évidemment, le but n’est pas d’empêcher la colère de s’exprimer : la personne la tournerait alors contre elle-même et la stagnation d’énergie n’en serait que plus forte. Plusieurs techniques existent cependant pour aider à la gestion des émotions. Tendre vers le lâcher-prise en laissant les émotions (surtout le ressentiment, la colère et la frustration) couler sans se laisser envahir ou y résister est une saine attitude à avoir. Une autre bonne façon de permettre au Foie de « souffler » est l’expression. Écrire ou parler, ça aide à déstagner ! La créativité, qui comme la parole appartient à l’élément Feu, nous permet elle aussi de laisser sortir la vapeur et encore mieux, d’effectuer des changements afin que notre vie corresponde toujours plus à nos aspirations. Transformer nos émotions en opportunités de changement peut finalement faire toute la différence dans notre vie.

S’activer pour une meilleure circulation de l’énergie

On dit que le Foie nourrit les muscles et les tendons. Au printemps, il sera bénéfique de favoriser l’activité physique, surtout l’étirement musculaire (notamment la face interne des jambes, territoire où passe le méridien du Foie) et la marche rapide, ce qui aura pour effet de favoriser une circulation fluide de l’énergie. Ce faisant, nous prévenons et traitons les stagnations d’ordre physique et émotive. Une attention particulière pourra être portée à l’étirement et au massage des muscles du cou et de la nuque, endroits souvent tendus par le stress (l’énergie du Foie monte et y stagne alors). Ces manipulations seront particulièrement salutaires si vous souffrez de maux de tête ou d’insomnie.

Si notre travail requiert de longues heures en position assise ou immobile, il est maintenant temps de profiter de l’heure du dîner ou de la pause pour sortir le nez dehors et se dégourdir. Favoriser la marche peut aussi se faire facilement en accordant plus de place aux déplacements actifs. Descendez plus tôt de l’autobus pour marcher jusqu’à votre destination !

La respiration, toujours !

Des exercices de respiration aideront aussi à soutenir le Foie. En effet, on dit que l’élément Métal (représenté par le Poumon) « contrôle » le Bois (Foie). Pour imager ce lien, pensez au bienfait de sortir s’aérer les esprits lorsque vous êtes en colère. Une bonne oxygénation tempérera le Foie, qui a souvent tendance à s’emballer. Notre corps soudainement plus actif au printemps saura bénéficier de cet apport supplémentaire d’oxygène. Sortez !

Les saveurs du printemps

En médecine chinoise, chaque élément est lié à une saveur. La consommation modérée de cette saveur « soutiendra » l’énergie en cours. Au printemps, l’acide est particulièrement ciblé. Bien que les cinq saveurs doivent avoir leur place dans une alimentation équilibrée, le goût acide, plutôt astringent, pourra à ce moment être privilégié (sans excès) pour apaiser un Foie trop fort. Pour un bon drainage, il peut être très bénéfique de boire une eau légèrement citronnée au matin, dès le lever, pendant deux semaines.

Le Foie se restaure aussi par la saveur amère (appartenant à l’élément Feu, suivant le Bois dans le cycle des cinq éléments). Plusieurs plantes peuvent être utilisées dans cette optique, notamment le radis noir. Vous pouvez aussi intégrer des feuilles de pissenlit à vos salades, par exemple.

Le Foie, tel un filtre, a tendance à accumuler les déchets véhiculés par le sang. Le printemps est un très bon moment pour se débarrasser des toxines accumulées durant l’hiver. Laissez les repas plus lourds de côté et optez plutôt pour des repas légers et pleins de vitalité. Favorisez les légumes les plus verts possible (kale, asperges, artichauts, épinards, etc.). N’hésitez pas à les cuire légèrement, à la vapeur ou en sauté, par exemple, afin d’augmenter leur digestibilité. L’ail et l’échalote pourront aussi occuper une place de choix dans vos repas. Pour diminuer le travail de votre Foie, déjà très sollicité par son « ménage du printemps », la modération est de mise avec les aliments suivants : alcool, gras, fritures, produits laitiers, chocolat, produits raffinés, café, etc. Préconisez les viandes légères (poulet, poisson) aux viandes rouges et grasses.

Consultez en acupuncture !

L’acupuncture vise avant tout le mouvement de l’énergie. Son principe de base est que tout déséquilibre ou maladie vient d’un blocage dans la circulation harmonieuse de l’énergie. De ce fait, l’acupuncture a une forte complémentarité avec le Foie et celui-ci répond particulièrement bien aux aiguilles. L’acupuncture et le Foie ont une fonction très similaire : assurer une circulation fluide et sans entrave de l’énergie dans le corps. C’est pourquoi un traitement de changement de saison en acupuncture, en ce début de printemps, ne peut être que bénéfique. Votre Foie vous en sera reconnaissant !

Bon printemps !

Sources :

MACIOCIA, Giovanni. 2008. Les principes fondamentaux de la médecine chinoise, Elsevier, Belgique.

SIONNEAU, Philippe et ZAGORSKI, Richard. 2001. La diététique du tao-Une sagesse millénaire au service de votre santé, Guy Trédaniel, France.

LAADING, Isabelle. 2009. Les cinq saisons de l’énergie, Ara, Québec.

Article paru sur le site infonaturel.ca le 11 mars 2012

3 réflexions au sujet de “Bien vivre le printemps avec la médecine chinoise, par Chantelle Vignola-Clermont, Ac.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s